Sortie Fort de Guentrange le 27 avril

vendredi 28 avril 2017 ,par Jean-Claude Fischer

Guide Jean-Claude Fischer
Photos Marc Frant et Roland Kesseler
Texte Roland Kesseler

Vingt-trois personnes étaient présentes au départ de la sortie de Jean-Claude. Le but de la balade était de nous emmener visiter le Fort de Guentrange. Naturellement pour accéder à ces fortifications, nous avons dû au préalable faire "un bout de brousse" au milieu des vergers, bildstocks, et autres ruelles de ce charmant quartier de Thionville où figure le tracé du sentier des vignerons, car cet ancien village porte encore de nombreuses traces de son passé récent (la vigne).

Il y a 100 ans, à la veille du premier conflit mondial, le Fort de Guentrange était l’une des clés de voûte du dispositif de défense allemand en Moselle annexée.
Le Fort de Guentrange, ou plus précisément de son véritable nom Feste Ober-Gentringen (Fort de Haute-Guentrange), est un groupe fortifié dominant Thionville. Il fut construit en 1899 par l’armée allemande à 318 mètres d’altitude au cours de la première annexion, après la Guerre de 1870-1871. Le second Reich entendait ainsi protéger l’Alsace-Moselle contre une attaque française. Il décida alors de faire de Metz et de Thionville deux places fortes pour constituer la Moselstellung (position de la Moselle).
La Feste Ober-Gentringen renferme dans une enceinte de barbelés, plusieurs casernes et batteries cuirassées, reliées par des kilomètres de galeries souterraines. Elle visait à interdire à l’ennemi l’accès aux points culminants de la région thionvilloise et à protéger le nœud ferroviaire de la ville . Les travaux débutèrent en avril 1899.
A la fin du chantier, en 1906, le fort comportait trois casernes, deux batteries et une dizaine d’abris et d’observatoires. Il pouvait accueillir 2 000 hommes. Tous les ouvrages étaient en béton non-armé, sauf les façades arrière et les murettes de soutènement des parapets d’infanterie.
Le Fort de Guentrange ne fut ,cela dit , jamais attaqué au cours de la Première Guerre Mondiale. Il tomba dans l’escarcelle des Alliés après l’Armistice du 18 novembre 1918. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il servit de dépôt de munitions à l’armée allemande jusqu’à sa libération par l’armée américaine en 1944. Il devint ensuite le dépôt de munitions du 25e Régiment d’Artillerie. L’ouvrage a perdu toute vocation militaire depuis 1971. Propriété de la ville de Thionville et entretenu par l’Amicale du Groupe Fortifié de Guentrange, il est aujourd’hui possible de le visiter.Cette visite nous a permis d’ailleurs de cheminer à travers les galeries et de constater qu’après toutes ces années, le matériel était encore bien entretenu grâce à une équipe de bénévoles.Nous avons pu admirer la boulangerie avec son beau four mis en service une fois par an lors des journées du Patrimoine, les cuisines, l’infirmerie, les douches, les chambrées ainsi que les immenses réservoirs d’eau et de gas-oil, la centrale qui alimentait le fort en électricité, les ingénieux systèmes de ventilation et de chauffage central qui équipaient tout le fort. Certaines salles du musée pourraient faire pâlir d’envie d’autres sites plus célèbres.Encore bravo aux bénévoles qui entretiennent ce lieu ! Un grand merci aussi à nos guides, enthousiastes et passionnés , ainsi qu’à notre ami Jean-Claude pour nous avoir fait revivre un peu de notre histoire locale !

N.B. : pour la petite histoire, vous constaterez que la Moselle ne s’est jamais remise de l’annexion allemande, la carte représentant le Pays Thionvillois (voir diapos) en est elle-même toute retournée.

 

Un jour de sentier,
une semaine de santé.


 

 

 

 

Autres rubriques

 

Copyright © Club Vosgien Thionville - Tous droits réservés| Réalisation: claude delposen | Mentions légales Cliquez ici