Notice: Undefined offset: 3 in /home/clubvosgien/public_html/ecrire/inc/urls.php on line 176
Club Vosgien Thionville connu pour ses marches, entretien et balise environ 500 km de sentiers dans la région thionvilloise

Sortie commune à Audun-le-Tiche le 24 juin (Nécropole Mérovingienne)

vendredi 17 juillet 2015 ,par Norbert Guelen

La nécropole mérovingienne d’AUDUN LE TICHE.(IVsiècle-VIIsiècle)

Départ à 14h30 sous un soleil radieux, et les 48 vosgiens qui quittent la place du château….orpheline de ses deux châteaux (château bas et château haut) demeures de la famille des MALBERG. Seule une fresque de 1989 signée H.DECRETON sur le pignon d’une habitation évoque ce passé.
Après dix minutes de marche, le groupe atteint le n°18 de la rue de la faïencerie ; une plaque scellée par la SAHLA indique « en ce lieu en l’an 1748, François BOCH créa une petite manufacture de poterie et faïence ; ce fut le berceau et l’origine de la grande entreprise de renommée mondiale : VILLEROY ET BOCH « 
Puis le groupe s’élance en direction de la nécropole mérovingienne située à une altitude moyenne de 360 m sur le flanc Est du DIGGENTAL.
Mr Robert HABAY, président de la SAHLA (Société Audunoise d’Histoire Locale et d’Archéologie), et Mrs HELF vice-président et POKRANDT trésorier, nous attendent… et la visite démarre selon trois groupes constitués.
En 1880, des mineurs travaillant à ciel ouvert, découvrent des tombes qui se révèlent être des sépultures mérovingiennes ; le temps passe et l’oubli s’installe. En 1952 lors de la réalisation d’un calvaire (curé LANGENFELD), les travaux mettent à jour d’autres tombes qui excitent la curiosité de certaines personnes espérant y découvrir un « trésor ». En 1967, afin de mettre fin aux fouilles clandestines une association est créée : la SAHLA, et en 1968 une première autorisation de fouilles est obtenue. Les tombes orientées Est- Ouest, présentent différents types de sépultures :

  • Des fosses en terre libre
  • Des tombes maçonnées en pierres sèches de calcaire couvertes ou non.
  • Des sarcophages couverts ou non.

A ce jour, 203 tombes tirées de l’oubli ont donné lieu à la découverte de 350 squelettes (réemploi) et d’un riche mobilier funéraire (objets de la vie courante, armes, outils, boucles de ceinture, bijoux, fibules,….) Tous ces objets sont exposés au musée de la localité, fermé actuellement, pour cause de déménagement. Le site dévoile aussi un fanum gallo-romain (espace cultuel et religieux) et un puits votif maçonné et circulaire contenant des os d’origine animale.
Puis le groupe monte au calvaire (1952) dominé par une croix métallique haute de 15 mètres ; les 3 statues en fonte produites à l’usine d’Audun Le Tiche, ont été coulées à Vaucouleurs (Meuse.. se rappeler l’histoire de JEANNE D’ARC ! ) ; les plaques des 14 stations du chemin de croix proviennent également de cette usine, disparue du paysage de nos jours.

Après une visite plus longue que prévue, et un agréable parcours en forêt, au milieu des minières à ciel ouvert, le groupe se scinde en deux : (PONT DES CORBEAUX)

  • Celui de Monique descend le chemin des ROMAINS, passe devant les restes d’un aqueduc romain…. invisible (car dans la propriété d’un particulier), longe le carreau de la mine St MICHEL et son chevalement (le plus vieux des mines de fer de France - un décret impérial de NAPOLEON 1er de 1809 autorise les galeries souterraines). La mine fermée en 1997 était la dernière de France.
  • L’autre groupe emprunte la voie ferrée désaffectée FONTOY- AUDUN LE TICHE, traverse la D16 AUNDUN LE TICHE-AUMETZ, rejoint les bâtiments agricoles au lieu-dit « LA FOULCETTE », attaque une petite montée en direction des carrières PONCIN profondes de 75 mètres….sous une nuée de moucherons, n’est-ce-pas Jean Claude !!! Elles livraient des matériaux pour la construction et la fabrication de la chaux. Et enfin au bout du chemin, après le pont de chemin de fer, se découvre AUDUN LE TICHE avec la maison du « facteur CHEVAL » local décédé en 2014 : la troupe semble ravie du spectacle et les commentaires vont bon train sous le regard du pape…. !! Chemin faisant apparait une belle bâtisse datée 1902 (époque de l’annexion allemande) : c’est l’ancienne salle des fêtes de la SMTR (Société Minière de Terres Rouges). Sur une façade latérale de l’immeuble, une niche orpheline de St NICOLAS dérobé il y a quelques décennies (…..avant la vente !) abrite de nos jours une tête d’un personnage inconnu. Légèrement en contrebas se trouve l’entrée de la galerie MAGERY (du nom d’un ingénieur 1840-1907) décorée d’une fresque (B. BOUILLE.2003) évoquant la vie des mineurs. Ces derniers descendaient 300 marches pour rejoindre leur poste de travail et les remontaient une fois le labeur terminé (1900-1951). Le circuit se termine devant le monument des déportés « Pour que le monde de demain 1976 » d’Amilcar ZANNONI, artiste lorrain de MOUTIERS décédé en juin 2009. Il a créé les « AMILCAR » récompensant les lauréats du festival du film italien de VILLERUPT. A 18 heures, les Vosgiens retrouvent leur véhicule après un après- midi varié et bien rempli. Sources de l’auteur :
  • Le cimetière mérovingien d’Audun le Tiche – Archéologie aujourd’hui- Moyen Age N°1- Editions ERRANCE - Alain SIMMER.
  • Les Seigneurs d’Audun le Tiche - Collections Régions de Thionville- Etudes Historiques N°36- Alain SIMMER.
  • Audun le Tiche- Histoire et Patrimoine- Serge DOMINI- éditeurs- SAHLA-POINSIGNON REIMERINGER.
  • Le Canton du fer- Collections Régions de Thionville- Etudes historiques N°33- Alain SIMMER et Eugène GASPARD.
  • Les dépliants touristiques de la SAHLA
  • La société minière des terres rouges , usine à fonte d’Audun le Tiche – FENSCH- Vallée éditions- Robert HABAY. Guide et texte : Norbert GUELEN

 

Un jour de sentier,
une semaine de santé.


 

 

 

 

Autres rubriques

 

Copyright © Club Vosgien Thionville - Tous droits réservés| Réalisation: claude delposen | Mentions légales Cliquez ici